Maule 21

Editorial de novembre 2010

lundi 1er novembre 2010 Daniel BRIATTE

Au cours du dernier Conseil Municipal, comme à son ordinaire long et banal, deux questions récurrentes sont pourtant revenues à l’ordre du jour. Les coulées de boue et la vitesse des véhicules dans l’agglomération.

L’orage du 12 juin dernier a remis le problème des coulées de boue au premier plan et a fait l’objet d’une pétition des riverains de la rue d’Orléans. Et pourtant, Daniel Demaison, avait commencé la résolution de celui-ci après l’orage catastrophique du 7 mai 2000, en procédant à une première tranche de travaux et en commençant par le bas comme il se doit dans les travaux d’assainissement. C’est ainsi qu’une dérivation des eaux descendant de la route d’Andelu a été faite au niveau de la Côte du Cimetière pour passer sous le boulevard Saint Jacques (travaux d’ailleurs coûteux et peu commun en forage dirigé horizontal sous la côte) Comme un des principe de l’assainissement est que ce que l’on fait ne se voit pas mais c’est ce que l’on ne fait pas qui se voit, toute l’eau partant dans ce tuyau passe inaperçue et c’est le surplus qui arrive au pont de la Bellique. C’était prévu et devait faire l’objet des travaux ultérieurs consistant en la construction de bassins de retenue en amont de part et d’autre de la route d’Andelu. Pourquoi ces bassins alors qu’il suffisait de faire des tuyaux plus gros ? Parce que la Déesse de l’écologie nous interdit de faire arriver une masse d’eau trop importante et trop rapidement dans le sacro-saint écosystème de la Mauldre. Des discussions avaient donc été entamées pour commencer une première réalisation de ces bassins en domaine privé avant les élections et, semble-t-il, abandonnées par la nouvelle équipe. La pétition a relancé l’affaire et depuis le Maire a rencontré le Président de la Chambre d’Agriculture pour sensibiliser les agriculteurs et repris contact avec un propriétaire pour la réalisation de deux bassins sur les cinq prévus par l’étude.
Deux ans de perdus, mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. A suivre...

La deuxième question concerne la sensation d’insécurité perçue par les Maulois devant l’apparente vitesse des usagers des rues de la ville. Perçue au moins par ceux qui ont réussi à garer leur voiture car 5 minutes avant c’étaient eux qui étaient au volant... Techniquement c’est une illusion, car des mesures le prouvent : plus de 80 % des usagers roulent à vitesse modérée. Mais il y a les autres 20 % direz-vous. Certes, alors reprenons le juste slogan : la sécurité est l’affaire de tous. Pourquoi dans la majorité des rues de Maule les voitures sont garées sur les trottoirs en laissant ainsi le champs libre à tous les excès de vitesse ? Si quelqu’un pousse un peu sur le champignon c’est donc aussi parce que vous y êtes pour quelque chose... Prenez l’habitude de stationner votre voiture sur la chaussée et laissez le trottoir aux voitures d’enfant. Mais vous craignez pour votre rétroviseur ? Soyez sûr que l’automobiliste qui roule aussi. Et si, par maladresse un rétro trépasse, ne soyez pas égoïste, cela vaut mieux qu’un quidam à l’hôpital !
Dans le débat du Conseil, cela a été le sens de mon intervention. J’espère qu’elle a été entendue.

Daniel BRIATTE


Vous avez une question, une suggestion ?

Utilisez l'onglet "contact" en haut du site

L'équipe de Maule21 se fera un plaisir de vous répondre en ligne dans les meilleurs délais

Derniers articles
Accueil du site | Contact | Mentions légales | | visites : 80482

Suivre la vie du site Archives  Suivre la vie du site Les éditos précédents