Maule 21

Editorial de décembre 2010

mercredi 1er décembre 2010 Daniel BRIATTE

Tout d’abord une pensée pour Maurice Cottard qui nous a quitté il y a quelques jours à l’age de 82 ans. Nous ne verrons plus son sourire illuminer la place du marché. Vieux Maulois, il a toujours œuvré pour le bien-être de la ville en participant activement à la vie municipale puis comme Président de l’ACADOR jusqu’à peu. Maule 21 présente ses condoléances à son épouse et assure de ses profondes amitiés ses enfants, tous deux également au service des Maulois, Brigitte très active à l’ADMR et Patrick qui fût jusqu’à sa retraite récente un très estimé et très efficace patron des services techniques de la Ville.

Ce mois ci, un gros titre de journal a attiré mon attention : le grand gâchis des transports franciliens. En effet, la Cour des Comptes a taclé sévèrement la SNCF et la RATP ainsi que leurs patrons, les élus responsables, en l’occurrence la région Ile de France et son exécutif, le STIF, dirigés par le PS et les Verts. Bien sûr, l’article ne parlait pas de notre petite ligne, cadet de leurs soucis, mais c’est l’occasion de comprendre ses problèmes particuliers dans tout ce fatras. Bien sûr, à la décharge de ces élus aveuglés par leur haine de l’automobile, il est difficile de faire comprendre qu’une ligne de chemin de fer n’est pas une autoroute et qu’on ne peut y faire passer qu’un train à la fois.
C’est précisément le problème de la ligne de Maule. Et le problème vient de loin, dans le temps et dans l’espace. Dans sa politique d’abandon du fret, corollaire de sa politique du "tout TGV", la SNCF a fermé progressivement ses gares de triage pour ne conserver qu’un grand centre par Région. Pour Paris, c’est Valenton dans le sud parisien qui a tiré son épingle du jeu. Exit notamment Achères coincé dans la forêt de Saint Germain entraînant la fermeture de la section de la Grande Ceinture, entre Saint Germain GC et Versailles Matelots. Mais alors, comment desservir le port du Havre à partir de ou vers Valenton. Déjà que ce port, qui veut concurrencer Amsterdam ou Anvers, n’est desservi que par une seule ligne de chemin de fer à partir de Rouen, il fallait bien trouver une solution.
La SNCF a donc revitalisé la ligne de Maule, à l’époque très peu chargée en voyageurs, pour joindre Rouen au sud de Paris par Versailles et Massy. Enfin, pour assurer la continuité électrique, elle a procédé, il y a une trentaine d’années, à son électrification entre Epône et Plaisir. Première erreur. Plutôt qu’une électrification classique, la SNCF a choisi une technique "allégée" certes moins coûteuse, mais obligeant a limiter le trafic pour éviter une usure trop rapide des caténaires. Arrivée à son maximum de capacité dans les années 2000, la SNCF doit choisir entre le Fret et les voyageurs.... Pour le moment, le fret est en chute libre, mais à l’avenir ?
Pire, coincée entre deux lignes (Mantes/StLazare et Dreux/Montparnasse) trop étriquées pour supporter les circulations souhaitées par les usagers, il n’y a pas d’espoir de développement du trafic sur la ligne de Maule avant de nombreuses années et sans investissements très importants refusés par les élus régionaux de gauche qui ont toujours souhaité développer l’Est parisien au détriment de l’Ouest "trop riche".

Ainsi, à l’avenir, pour avoir une desserte idéalement "normale" il faudrait quadrupler [1] Mantes/Epône, changer la caténaire entre Epône et Plaisir et tripler [2] (au moins) Plaisir/Saint Cyr. Parti comme nous le sommes, il n’est même pas sûr que nos petits enfants puissent le voir...

D. BRIATTE

[1Passer à quatre voies

[2Passer à trois voies


Vous avez une question, une suggestion ?

Utilisez l'onglet "contact" en haut du site

L'équipe de Maule21 se fera un plaisir de vous répondre en ligne dans les meilleurs délais

Derniers articles
Accueil du site | Contact | Mentions légales | | visites : 90107

Suivre la vie du site Archives  Suivre la vie du site Les éditos précédents