Maule 21

Editorial de mai 2012

mardi 1er mai 2012 Daniel BRIATTE

En guise d’éditorial de mai, MauleXXI publie, à la demande de Mme Anne Le Pivain, habitante du centre ville de Maule, la reproduction d’une lettre ouverte adressée au Maire. Beaucoup d’amoureux de la ville se sentirons concernés.

Anne LE PIVAIN

78580 MAULE

à Monsieur le Maire de Maule

Monsieur le Maire,

Y A T’IL UN URBANISTE* dans la Ville ?
*A ne pas confondre avec un architecte...

J’ignore si vos pas de Premier Magistrat vous ont amené vers le Périmètre de Protection de l’Église Saint Nicolas, mais il est bien certain qu’à défaut d’entendre l’écho des cloches vous auriez pu écouter celui du profond mécontentement de vos administrés riverains et voisins.

Alors que l’on procède à une très belle réhabilitation de la façade de l’Église Saint Nicolas incluant la rénovation d’un statuaire érodé par les intempéries et autres tempêtes révolutionnaires, on développe, à l’arrière, un chancre qui mange littéralement les espaces préexistants et nous privent de la si jolie vue du chevet précédemment aménagé tout en respectant les vielles pierres.

Ceci concerne l’esthétique... et les aberrations ne s’arrêtent pas là !

En effet, si j’avais cru comprendre que les POS, PLU ou autres documents administratifs préconisaient fort sagement : "la PRESERVATION de L’URBANISATION EXISTANTE", il semblerait que notre bonne ville de Maule échappe à la règle : la VERRUE de la Rue Maurice Berteaux s’intégrant particulièrement mal dans cette zone pavillonnaire résidentielle, même un architecte pourrait objectivement le constater. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il est fait entorse à la Loi, rappelez vous les NON conformité constatées dans les permis de construire précédemment accordés pour les constructions voisines il y a 4 ans.

J’en viens maintenant au fonctionnement :

Il ne saurai vous échapper qu’un chantier de cette importance crée des désordres soit temporaires, soit pérennes.

Pour ce qui concerne les désordres passagers je passerai sur les débordements de chantiers causant de trop fréquentes interruptions de la circulation, les envahissements des trottoirs(d’un côté par les véhicules techniques, de l’autre par les énormes sacs de gravats) les saignées pour branchements sur un revêtement routier refait récemment à neuf et le défoncement des pavés des aires de stationnement. Cela fait beaucoup et le retour du marché, le samedi, par les pauvres piétons que nous sommes, relève du parcours des combattants.

Les nuisances pérennes sont, à mon sens, bien plus préoccupantes.

En effet, à terme, le fonctionnement d’un restaurant-terrasse (?) à la méditéranéenne sous le climat tropical de l’Ile de France me frappe autant par son aberration que par le NON respect de la vie privée des riverains et voisins un tant soit peu bousculés et surtout gênés par la vue plongeant sur leur intimité familiale.
Pérennes aussi, les nuisances liées au stationnement plus que problématique dans le vieux Bourg et les rues adjacentes.

Car il apparaît bien que les aires de stationnement construites en Rez de Rue seraient à louer (à qui ?) et NON, comme prévu, réservées à la clientèle du Futur Restaurant-Terrasse (à noter au passage, la suppression de deux places de stationnement en regard de l’accès Entrée-Sortie du garage et de la suppression pure et simple du trottoir devenu "bateau" à cet endroit.)

Cela fait vraiment beaucoup en accumulation des décisions UBUESQUES et perturbantes et qui auraient pu être évitées grâce à une réflexion raisonnable et raisonnée. Ce qui est beaucoup demander à des services administratifs dont les employés tatillons s’appliquent à trouver des raisons de refus concernant les couleurs des volets, des murs de pierres apparentes ou non, de suppression d’aire de stationnement sans arrêté municipal ou des constructions de portiques normands sur des porches franciliens sans compter les accords d’ouverture de Velux en fonction des pentures de toit... (Courteline n’est pas mort !)

J’ajouterai que concernant la construction citée, et si ma mémoire ne me trahit pas, le délai de trois mois d’affichage avant commencement des travaux n’a pas été respecté.

Il va sans dire que je communique copie de cette missive aux services Préfectoraux compétents ainsi qu’à ceux de la protection des sites (Bâtiments de France)en vue d’un recours possible en Tribunal Administratif pour exploitation NON conforme au projet initial, entre autre...

Je vous prie de croire, Monsieur le Maire, à l’expression de mes sentiments profondément républicains.

Anne Le Pivain

Note de MauleXXI
Mme Le Pivain a été longtemps Maire de Fontenay-le-Fleury et Conseillère Générale des Yvelines.
N’oubliez pas que vous pouvez aussi donner votre avis, anonyme ou non, par l’intermédiaire du Forum.


Vous avez une question, une suggestion ?

Utilisez l'onglet "contact" en haut du site

L'équipe de Maule21 se fera un plaisir de vous répondre en ligne dans les meilleurs délais

Derniers articles
Accueil du site | Contact | Mentions légales | | visites : 80492

Suivre la vie du site Archives  Suivre la vie du site Les éditos précédents