Maule 21

Avec les derniers de la classe

lundi 21 octobre 2013 Maule21

Sur 24 pays, la France est 22eme en lecture, 21eme en calcul...

Avec les derniers de la classe

Cette étude de l’OCDE est passée inaperçue en France. Cela se comprend : on n’a guère de motifs d’en être fiers. L’OCDE a conduit dans vingt-quatre pays industriels (Europe, Canada, États-Unis et Russie) une enquête auprès des adultes de 16 à 65 ans pour déterminer leur degré de compétence en calcul et en lecture - les matières fondamentales qui déterminent toutes les autres. Les enquêteurs ont traité 166 000 questionnaires et synthétisé les réponses pour établir un classement, publié le 8 octobre. Premiers de la classe : les Japonais et les Finlandais ; derniers ; les Espagnols et les Italiens. Parmi les derniers : les Français - 22eme sur 24 en lecture, 21eme en calcul. L’écart avec les premiers est énorme : au Japon comme en Finlande, dont on connaît les performances des systèmes scolaires, un adulte sur vingt (Japon), un sur dix (Finlande) lit moins bien que le « niveau élémentaire » : en France, un sur cinq ! Comparons avec les taux de chômage de ces mêmes pays : les premiers de la classe ont des taux très bas (4 % pour le Japon, 7 % pour la Finlande), les derniers des taux bien plus élevés (11 % pour la France, 13 % pour l’Italie, plus de 20 % pour l’Espagne).

Ces résultats sont cohérents entre eux : la qualification va avec l’emploi. La compétitivité est une condition de la croissance, mais la qualité de la formation une condition de la compétitivité. « Une formation initiale de qualité est un facteur essentiel de la réussite à l’âge adulte », observe le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria. L’apprentissage commence par là. En France, les chiffres de l’illettrisme comme les faiblesses en lecture et en calcul des élèves entrant dans le secondaire illustrent les carences de notre système.

Ce n’est pas par la réforme des rythmes scolaires ni par celle des programmes pédagogiques, l’invention de notes qui n’en sont plus ou l’interactivité que l’on substitue à l’autorité que l’on apprendra à mieux lire et compter. Cela vaut pour les petits Gaulois et encore plus pour leurs camarades d’origine immigrée, dont le français n’est pas la langue d’origine. Voyez donc les joueurs de l’équipe du Paris Saint-Germain : là aussi, on s’est aperçu que leur intégration, leurs performances et leurs succès futurs n’en seraient que meilleurs s’ils parlaient correctement le français. On leur donne des cours intensifs. C’est un bon modèle pour tous.

François d’Orcival de l’Institut

Lu dans LE FIGARO MAGAZINE du 18 octobre 2013


Vous avez une question, une suggestion ?

Utilisez l'onglet "contact" en haut du site

L'équipe de Maule21 se fera un plaisir de vous répondre en ligne dans les meilleurs délais

Derniers articles
Accueil du site | Contact | Mentions légales | | visites : 82865

Suivre la vie du site Notes de lecture